Comparaison des logiciels e-Learning Articulate Storyline et Adobe Captivate.

Comparaison des logiciels e-learning Articulate Storyline et Adobe Captivate

Dans cet article, nous allons procéder à l’analyse comparative de deux logiciels e-learning : Adobe Captive et Articule Storyline.  Ces deux logiciels:

  • offrent une version d’essai.
  • sont considérés comme des logiciels e-learning de référence.
  • sont conçus pour développer des formations en ligne.
  • sont conçus pour répondre à des besoins semblables

Critères d’analyse des logiciels e-Learning

Les critères d’analyse sont:
  • l’aisance avec laquelle il est possible de parvenir à maîtriser ces logiciels.
  • leur communauté de soutien.
  • leur coût.
  • les caractéristiques technologiques distinctives de chacun d’eux.
En plus de nous servir de la documentation officielle des logiciels, nous allons nous considérer les rapports d’usage des développeurs (des reviewers, comme on les appelle). Nous allons également considérer l’opinion d’autres spécialistes chargés d’examiner les logiciels. En particulier, celle des E-Learning Heroes d’Articulate Storyline et celle des Adobe Evangelists. Qui plus est, pour chaque opinion considérée, nous allons vérifier ce qu’il en est exactement en nous servant de la version d’essai des logiciels, des tutoriels sur YouTube et des blogues spécialisés. Finalement, pour nous assurer d’avoir en tout temps des critiques pertinentes, nous allons écarter dès le départ toutes celles qui concernent les fonctionnalités des versions désuètes. Mentionnons également que nous allons nous interroger sur la population que l’on cible avec les formations développées avec ces logiciels et sur l’intérêt pédagogique de ces derniers.

Présentation des logiciels e-learning Articulate Storyline et Adobe Captivate.

Storyline est un logiciel de création de contenus e-learning interactifs de la gamme des produits Articulate. Le logiciel propose une panoplie de fonctionnalités à la fois simples et puissantes pour donner vie au contenu. Pour l’essentiel, travailler avec Storyline revient à définir des déclencheurs (triggers). Ces déclencheurs vont changer l’état (states) des objets ou montrer/masquer les calques (layers) d’une diapositive (slider) afin de montrer/masquer les objets qui s’y trouvent ou passer à la diapositive suivante.
Captivate, quant à lui, est un produit de la gamme Adobe. L’interactivité qu’il propose repose sur les actions (simples, avancées, conditionnelles et partagées), les événements qui déclenchent ces actions et les variables au service des actions conditionnelles.

À qui s’adressent les formations conçues avec ces logiciels e-learning?

Nous avons répertorié peu de formations destinées aux jeunes. Selon les développeurs (reviewers) du site G2Crowd, les formations conçues avec ces logiciels s’adressent surtout aux adultes sur le marché de l’emploi. Il s’agit principalement de formations qui visent à développer des compétences diverses chez les employés, à prévenir le harcèlement sexuel, à promouvoir de bonnes habitudes de vie… De ce fait, les librairies d’images qui viennent avec les logiciels contiennent une grande quantité de visuels traditionnellement associés au travail de bureau (salles de réunions, jeunes gens autour d’un portable, etc.).
Logiciels e-learning Articulate Storyline

Analyse comparative des logiciels e-learning

Articulate Storyline et Adobe Captivate se ressemblent à bien des égards. Les deux logiciels e-learning :

  • sont particulièrement riches en fonctionnalités qui s’articulent entre elles.
  • permettent de construire des scénarios linéaires et non linéaires.
  • permettent de déclencher des actions, de gérer la ligne du temps, de manipuler des objets à états multiples, de définir des questionnaires et de dynamiser le tout avec des variables et des actions conditionnelles.
  • supportent les objets d’autres logiciels, comme les diapositives de Microsoft PowerPoint.
  • mettent à la disposition du développeur une multitude de silhouettes en différentes poses.

Cependant, des différences subsistent.

Aisance avec laquelle on parvient à les maîtriser

Les développeurs (reviewers) du site G2Crowd trouvent Storyline plus intuitif qu’Adobe Captivate. Dans un rien de temps, quelqu’un sans connaissance préalable peut créer un premier cours en ligne, nous disent-ils. Ceci est dû notamment à la convivialité de l’interface utilisateur qui emprunte aux logiciels bien connus de Microsoft Office, comme PowerPoint, à la façon logique de créer des interactions et aux gabarits qui viennent avec le logiciel. Cependant, même si la courbe d’apprentissage de Storyline est courte, les développeurs s’entendent pour dire qu’il faut mettre un peu de travail avant de pouvoir utiliser le logiciel à son plein potentiel. Certains développeurs s’entendent pour dire que la courbe d’apprentissage d’Adobe Captivate est prononcée. D’autres considèrent qu’il est facile de développer des environnements d’apprentissage simples dans Captivate, mais que, si l’on veut développer des fonctionnalités spécifiques, il faut se préparer à étudier durement ! Finalement, une petite minorité (parmi laquelle nous aurions tendance à nous trouver) considère que, pour parvenir à utiliser le logiciel à son plein potentiel, il suffit de commencer simplement et de progresser en apprenant à maîtriser une à une toutes les fonctionnalités.

Communauté de soutien de Storyline

Les développeurs du site G2Crowd s’entendent pour dire que l’un des avantages majeurs d’Articulate Storyline est sa communauté de soutien, connue sous le nom E-learning Heroes. La communauté offre des informations sur le développement des cours et sur les meilleures pratiques pédagogiques. On y retrouve des forums de discussion sur les produits d’Articulate, des rubriques sur l’emploi et sur les meilleures pratiques. Les modérateurs de la communauté sont disponibles pour répondre à vos questions et raccourcir votre courbe d’apprentissage. 

Communauté de soutien de Captivate

Adobe Captivate vient lui aussi avec une communauté de développeurs. Cependant, même s’il y a des forums et des tutoriels en ligne pour répondre à vos questions, sa communauté n’égale pas celle de Storyline. Les développeurs du site G2Crowd se plaignent en particulier de l’équipe d’assistance Adobe. Adobe, comme toute organisation majeure, nous disent-ils, n’offre pas beaucoup de support et ne prend pas bien en compte les requêtes qui lui sont faites. Beaucoup de bogues qui lui sont rapportés sont tout simplement déplacés à la version suivante, sans être réglés. Le service d’assistance se contente de vous informer que votre question est un bogue connu. Aussi, vous devez compter majoritairement sur la documentation d’Adobe Captivate et des forums d’utilisateurs pour obtenir des réponses. Faites vos propres recherches, nous conseillent-ils.

Coûts

Le coût élevé des logiciels est l’un des principaux griefs soulevés par les développeurs du site G2Crowd. La période de contrat minimal est d’un an, et les utilisateurs occasionnels, comme les travailleurs autonomes, n’ont pas nécessairement des contrats en nombre suffisant pour en amortir le coût.

MAC

Une des critiques qui revient le plus souvent à l’égard de Storyline sur le site G2Crowd et ailleurs porte sur le fait que le logiciel n’a pas de version MAC. Pour utiliser le logiciel sur un MAC, les développeurs doivent faire appel à un environnement virtuel comme Parallels, Apple Boot Camp ou VMware, et la performance s’en ressent.
Logiciels e-Learning Adobe Captivate et Articulate Storyline

FLASH VERSUS HTML5

Dans les versions précédentes de Storyline, la publication d’un projet en HTML5 engendrait aussi la version Flash. C’était à l’exécution que se déterminait laquelle des deux versions allait être effectivement vue par l’utilisateur. Les forums sont remplis de développeurs qui se plaignent de ne pas pouvoir choisir, dans les paramètres de publication, lequel parmi Flash et HTML5 a préséance. Qui plus est, certains développeurs déplorent aussi le fait que quelques fonctionnalités d’Articulate Storyline ne sont pas supportées par le format HTML5, ce qui signifie qu’ils ne peuvent intégrer certaines des animations qu’ils ont prévues, car elles ne fonctionnent pas dans l’Apple iPad. Or, comme les iPad sont les tablettes les plus populaires, c’est un problème lorsqu’ils conçoivent des cours e-learning pour un marché de masse. Les développeurs reprochent à Flash de consommer beaucoup de ressources processeur, de faire chauffer les PC et de vider rapidement les batteries des mobiles. Plusieurs développeurs honnissent Flash et considèrent HTML5 comme la seule option valable, quand vient le temps d’offrir une compatibilité totale avec les navigateurs Web modernes sur tous les terminaux, que ce soit sur PC, mobile ou tablette.

CONTRÔLE

Bien qu’il soit possible de faire exécuter du Javascript, certains développeurs se plaignent du manque de contrôle (surtout ceux qui ont de l’expérience en programmation).

PERSONNALISATION

Les options de personnalisation que Storyline offre ne font pas l’unanimité parmi les développeurs. Ceux qui sont prêts à sacrifier un peu de contrôle en échange d’une plus grande facilité et d’une plus grande rapidité de développement se montrent satisfaits du logiciel. Ceux qui ont déjà eu à abandonner leurs idées à cause de ce que le logiciel ne permettait pas de les implanter le trouvent trop limité. Il y a aussi quelques-uns qui considèrent normal de faire du travail supplémentaire à l’occasion, pour obtenir des effets particuliers. Avec de la patience et du temps, nous disent ces derniers, il est possible de se tailler un chemin à travers de n’importe quel problème.

CALQUES

Les calques d’Articulate Storyline sont bien pratiques pour gérer les interactions entre les différents éléments d’une même diapositive. Adobe Captive n’offre rien de comparable aux calques. Il s’agit donc un avantage de Storyline par rapport à Captivate.

NORMES D’ACCESSIBILITÉ

Adobe Capitative offre des fonctionnalités pour créer des cours conformes aux normes d’accessibilité 508 et aux Web Content Accessibility Guidelines 2.0. Le convertisseur du texte en paroles (Text-to-speech) et les sous-titres (closed captions) en sont des bons exemples.

GESTIONNAIRES

Adobe Captivate met à la disposition des développeurs plusieurs gestionnaires (managers), où il est possible de voir d’un seul coup toutes les ressources d’une même nature, afin de procéder à leur mise à jour sans avoir à parcourir une à une toutes les diapositives. Les objets, les questions, les fichiers audios, les interactions, les phrases à convertir en paroles, les médias importés, les actions partagées, les fichiers PowerPoint… ont tous leur gestionnaire. Les gestionnaires permettent, de plus, d’importer les ressources d’un projet à l’autre, sans avoir à ouvrir le projet de départ.

IMPLANTATION

À partir d’Adobe Captivate, pour évaluer la compatibilité d’un cours avec le Learning Management System (LMS), on peut prévisualiser le cours sur SCORM avant de le télécharger dans le LMS.

MOBILITÉ

Adobe Captivate offre plusieurs fonctionnalités dont le but est de créer une meilleure expérience mobile. Vous pouvez déclarer votre projet réactif dès la création de celui-ci. Dans un projet sensible, les développeurs peuvent prévisualiser la manière dont le contenu s’affichera sur des terminaux spécifiques. Les projets normaux n’offrent pas l’option de prévisualiser le rendu de vos objets dans les différents dispositifs, mais le nombre d’effets supportés est supérieur à ceux des projets sensibles. Avec les versions les plus récentes d’Adobe Captivate, il est possible de convertir un projet non réactif dans un projet réactif. Un traqueur (tracker) HTML5 prévient si quelque chose dans le projet ne va pas fonctionner sur les appareils mobiles. Deux fonctionnalités rendent la sensibilité possible : les boîtes fluides (fluid boxes) et les textes réactifs. Les boîtes fluides, ce sont des conteneurs dans lesquels on dispose nos objets de sorte que le logiciel puisse les réorganiser automatiquement quand l’écran est redimensionné ou quand il passe de portrait à paysage (landscape).Les textes réactifs, quant à eux, permettent de réduire les paragraphes volumineux à quelques lignes sur les écrans de petite taille, avec la possibilité d’en voir davantage d’un simple clic.

SIMULATION

Une des fonctionnalités qui revient le plus souvent sous la plume des développeurs lorsqu’ils parlent favorablement d’Adobe Captivate est la capture des démonstrations vidéo ou des simulations. La capacité de simulation logicielle, qui vous permet de capturer toutes les actions à l’écran (y compris des mouvements de souris, l’activité du clavier et le système audio) peut être définie dès le départ du projet : la simulation logicielle est un type de projet de base. Aussi, si l’on doit faire une simulation (pour enseigner, par exemple, comment utiliser l’environnement d’apprentissage) alors Adobe Captivate est le mieux adapté.

SAUVEGARDE

Les développeurs rapportent que la sauvegarde de gros projets Storyline nécessite beaucoup de temps. Pour les projets supérieurs à 500MB, disent-ils, l’enregistrement peut prendre plus de 2 minutes. Sauvegarder sur quoi que ce soit d’autre qu’un ordinateur local peut geler l’ordinateur, et cela complique les choses lorsqu’ils travaillent en équipe ou qu’ils désirent faire une copie de sauvegarde. La publication peut aussi être lente et requérir beaucoup de ressources de système, ce qui ralentit l’ordinateur. De manière analogue, Adobe Captivate peut cracher ou geler pendant la sauvegarde d’un projet et corrompre celui-ci, nous disent les développeurs. Une fois le projet corrompu, il est très difficile de le récupérer. Il y a aussi le temps de latence. Même avec un ordinateur performant, le logiciel peut être très lent à répondre lorsqu’il est lancé ou quand il sauvegarde ou publie un projet. Les développeurs déplorent également la grande quantité de ressources système que le logiciel consomme. L’ordinateur se voit fortement ralenti quand on travaille avec lui pendant une longue période de temps sans vider la mémoire cache. Ceci présente de problèmes quand vous l’utilisez en réseau. Finalement, parce que ces projets consomment souvent les grandes quantités d’espace, les développeurs recommandent de faire attacher une plate-forme de stockage ou d’ajouter une fonction de stockage dans le nuage avec l’abonnement.

CONCLUSION

Les deux logiciels e-learning sont fortement commercialisés. Ils sont, de ce fait, d’excellents outils à connaître. Nous nous interrogeons néanmoins sur la polyvalence de ces logiciels. La ludification du contenu que ces logiciels répond certainement aux goûts de la génération dite digitale native. Cependant, il y a des cours où l’aspect visuel et l’aspect interactif n’entrent pas en jeu dans l’expérience d’apprentissage. Dans les cours riches en texte, notamment, il conviendrait plutôt de mettre en place un dispositif de partage de fichiers, un chat, un forum… Quand on met en place des contenus pédagogiques, il faut peser les options qui s’offrent à nous et s’assurer que le logiciel retenu reflète le niveau d’exigence pédagogique à laquelle on aspire. En guise de conclusion, bien que les qualités pédagogiques de ces logiciels ne constituent pas un argument de ventes pour nous, nous voyons l’intérêt de faire des formations vivantes. Nous avons bien aimé utiliser les logiciels ces dernières semaines et nous voyons d’un bon œil le fait de les retrouver dans notre cheminement professionnel.
Patricia

P.S. — Nous offrons une formation complète pour apprendre à concevoir et à vendre des formations en ligne : ici.

Merci de partager !

Un commentaire? On vous écoute.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.